Le Radeau

Le Radeau flotte depuis  30 ans sans jamais sombrer.

Nino ne dit jamais « Je », il dit toujours « Nous ». L'objectif, c'est de fédérer, rassembler dans la joie. La joie est le plus grand des messages politiques.

"On n'est pas là pour vendre, on vient pour donner. Nous sommes des vendeurs de rien. Nous sommes des donneurs de joie."

Le Radeau est une utopie réaliste qui se renouvelle chaque dernier dimanche du mois, deux heures de spectacle en dehors des murs et des conventions. Tout est vrai, c'est de la prise directe, aucune fioriture... Le cabaret des rues et des origines où se mêlent en parfaite harmonie, les mondes du music-hall, du cirque et les musiques du monde.

On y rêve les yeux ouverts en traversant un espace-temps où l'on ne vit pas avec les yeux fermés.

Le Radeau est un spectacle d'utilité publique, quand on en sort, on passe une semaine différente. Cela vaut largement une séance de psy ou une semaine de balnéothérapie. Tout cela pour la somme dérisoire de 10 €.

Kaki le Mimagineur

Kaki le Mimagineur

Hélène de Vallombreuse

Hélène de Vallombreuse

Bébel

Bébel

Nino Montalto et Pierre Soubestre

Nino Montalto et Pierre Soubestre

Aux commandes, il y a Nino Montalto, le Maître de bord, le Boss, l'architecte d'une vision du spectacle artisanal qui a fait ses preuves et qui continue de faire rêver le public.

Près de lui, il y a sa bande, les fidèles, les incontournables. Ensuite, il y a celles et ceux qui passent pour la première fois au Radeau, qui viennent y chercher la reconnaissance que Nino accorde, que Nino offre en guise de parcours initiatique pour accéder au monde des grands. Il reste celles et ceux qui n'ont plus rien à prouver, qui reçoivent les invitations de passage au Radeau comme pour un dîner en famille.
La famille de Nino, c'est bien sûr, le monde du cirque et du Music-hall, c'est aussi un public averti, exigeant, généreux et fidèle depuis des décennies.

 

La méthode de Nino est simple sauf qu'il faut quarante années pour arriver à une telle maîtrise.

La recette du maître, c'est l'artisanat, le refus des artifices de l'image, c'est l'instantanéité, la prise directe dans sa relation avec le public. Pas de texte, un fil conducteur et l'histoire prend forme au travers d'un petit personnage anodin qui devient soudainement gigantesque. Tout est vrai, des mèches folles qui s'échappent d'un chapeau en passant par des mains de chef d'orchestre et un corps qui rate tout ce qu'il tente dans une magistrale maîtrise, celle de l'art du clown, que les plus grands viennent admirer et honorer à chaque nouvelle occasion.

 

Tous les derniers dimanches du mois, à 2Oh32, Théâtre Clavel 3, rue Clavel -75019 Paris.  M° PYRENEES

souvenir - Le Radeau